13 Québécois nous donnent leur point de vue sur l’appropriation culturelle en 2018

L’appropriation culturelle. Quessé ça? Ça mange quoi en hiver? Tout le monde a une opinion différente sur le sujet et j’ai eu envie de l’aborder.

Ceux qui me suivent sur Instagram savent que j’aime utiliser mes plateformes pour parler des vraies affaires comme le self love, la misogynie et d’autre sujets tout aussi légers (lol). Mais l’appropriation culturelle, c’est un sujet que je n’avais pensé à aborder. Jusqu’à hier… après avoir vu la photo d’une influencer qui portait des cornrows et ressenti un léger malaise par rapport à ça. N’étant pas 100% sûre de moi-même comprendre pourquoi j’avais ressenti ce malaise, j’ai décidé de demander à mes abonnés Instagram ce qu’ils pensaient de l’appropriation culturelle, peu importe leur opinion sur le sujet.

Si tu ne sais pas ce qu’est l’appropriation culturelle, je crois que Wikipédia pourrait t’être utile (for real).

J’ai la chance d’avoir une communauté diversifiée, respectueuse d’autrui, ouverte à la discussion, et capable de donner son opinion mais si celle-ci diverge de celle des autres.

Voici donc le point de vue de 13 d’entre eux sur l’appropriation culturelle:

 

Jessica, 33 ans

« J’ai l’impression que les gens en parlent comme si c’était une blague et nous ne devrions pas être pris dans nos sentiments à ce sujet. C’est un vrai problème et ça n’a pas commencé avec les Kardashian. On n’est pas en train de hate et on n’est pas contre la liberté d’expression. C’est une vraie préoccupation et la ligne est fine… Puis ça a toujours été un problème, c’est juste plus flagrant avec les médias sociaux. »


Marie-Ève, 24 ans

« On dirait que je ne sais pas où est la ligne. Il y en a certains qui peuvent percevoir ça comme une appréciation de leur culture et d’autres comme un insulte. Y’a des choses qu’on pourrait mettre/faire et qui seraient perçues comme de l’appropriation culturelle, mais que pour nous [les blancs] ça ne serait pas mal faire. »


Samantha, 26 ans

« Je pense que la majorité des gens ne savent pas où est la ligne entre l’appropriation et l’appréciation. C’est une ligne fine qui, à mon avis, est facilement traversable si on ne fait pas attention. D’un côté je pense que certaines personnes sont plus sensibles à la moindre petite affaire et que d’autres ne le sont pas assez.  »


 

 

Adam, 21 ans

« Je pense que ce sujet [l’appropriation culturelle] est un parmi tant d’autres qui ne fait que continuer à nous diviser au lieu de nous rassembler en tant qu’humains. Ceci dit, les gens qui utilisent des accessoires/styles vestimentaires d’une culture pour un costume ou dans le seul but d’être trendy ou « original » sont dans le tord.

Pourquoi ne pas parler de cultural propagation quand on parle des gens qui comprennent et respectent d’où vient un « style » et le porte de façon respectable et non seulement parce que ça va leur apporter des likes sur Insta. Ces gens-là ont une vraie compréhension et un amour pour cette culture.

J’ai l’impression que certains crient à l’appropriation culturelle simplement pour causer du drame sans savoir pourquoi. »


Charlie, 26 ans

« Je viens moi-même d’une minorité ethnique et je ne pense pas que les gens devraient s’empêcher de vouloir s’approprier des éléments culturels. Le monde devrait être une fusion culturelle et les gens, peu importe leur couleur, devraient se sentir à l’aise de mettre ce dont ils ont envie. J’ai vécue le racisme de plein fouet mais c’est pas pou autant que je pense que les personnes blanches sont toutes hyper privilégiées, j’en connais plein pour qui ce n’est pas le cas.

Je suis pour qu’on apprenne aux gens à être conscients d’eux-mêmes et de leur environnement. La sensibilisation est la clé, pas les barrières. On veut du multiculturalisme. Je suis métisse et d’avoir des parents de différentes couleurs m’a appris l’ouverture aux communauté. J’ai du me battre plus fort pour afficher mon identité mais ça a fait ma force, et je continue à me battre pour qu’on s’écoute les uns les autres et qu’on ne reste pas chacun de son côté. »


Lé, 29 ans

« C’est touché. Dans un grand pays comme le Canada où il y a beaucoup d’immigrants et où il y a de plus en plus de métis, la ligne est mince. Des fois je me dis qu’on devrait être contents que les gens soient aussi ouverts à la culture pour la montrer/la porter. D’autre fois ça me fait cringe quand je vois des blancs dans le quartier chinois qui vont s’acheter des p’tits chapeaux asiatiques pointus lol. »


Arielle, 27 ans

« Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que c’est surtout la finalité qui détermine l’appropriation culturelle ou pas. Le problème avec les Kardashian, par exemple, est très simple. Lorsqu’elles portent des tresses ou autres, elles ne donnent aucun crédit à l’origine de ce qu’elles ont mis. Au contraire, elles se l’approprient et lui donnent un nom trendy et prennent le bénéfice d’avoir lancé une nouvelle mode « révolutionnaire ». Pourtant, les tresses collées existent depuis des lustres dans la culture afro. Le fait de porter un symbole d’une autre culture n’est pas un problème tant que tu aknowledge son origine.

Il faut aussi qu’on comprenne que les habits ou symboles traditionnels des autres ne sont pas des costumes. Aller au mariage d’une amie indienne en sari, ça montre ton désir de t’intégrer. Le porter pour l’Halloween, c’est un problème. »


Cassandra, 20 ans

« Bien que je ne puisse pas vraiment être sûre parce que je ne fais pas partie d’une minorité ethnique, je pense qu’une partie de moi comprend d’où ça vient. J’ai entendu parler du ‘blackface’ et des dreads. J’ai compris que certains trucs sont vus comme trash sur une personne noire, mais trendy sur une personne blanche. C’est un problème parce que pourquoi quelque chose devrait être vu différemment selon la race?

Cependant, je pense que certaines personnes vont trop loin avec ce qu’elles considèrent comme de l’appropriation culturelle. Certaines personnes ne reproduisent des choses que parce qu’elles pensent qu’elles sont belles et tant qu’elles ne sont pas hypocrites, je pense que ça ne devrait pas être si grave. »


Ale, 20 ans

« L’appropriation culturelle est une question de pouvoir. C’est un enrichissement d’une communauté déjà en position de pouvoir sur des communautés oppressée. C’est ces communautés qu’il faut écouter. Que tu trouves que porter des tresses c’est pas un big deal parce que t’es blanc et que tu devrais faire ce que tu veux, ça démontre juste encore plus que t’es en position de privilège et que t’as pas de considération, aucune.

To my fellow white people, listen to persons of colors. And if they say that what you’re doing is disrespectful, you don’t have to argue it. Pour terminer, que tu dises que le but de tes tresses c’est d’embrasser la culture, ça change rien à l’impact. Tu restes blanc.he et tu restes immunisé.e aux stéréotypes que les personnes de couleur vont vivre en arborant la même coupe de cheveux. It’s not about intent, it’s about impact. »


 

 

 

Léa, 18 ans

« Je pense que l’identité d’une personne est un sujet complexe. Je suis d’origine algérienne/polonaise et j’ai vécu jusqu’à mes 18 ans à l’île de la Réunion. Je suis réunionnaise malgré que je ne sois physiquement pas créole et pourtant ma culture est celle-ci… et des gens pourraient me juger si je porte une tenue traditionnelle ou que je parle créole en public. Alors que je ne m’approprie aucune culture si ce n’est que la mienne.

Tout ça pour dire qu’il ne faut pas faire de confusion entre l’apparence ethnique d’une personne due à son physique et à sa culture. »


Alex, 24 ans

« Tout est dans l’intention qu’on a dans la démarche qu’on entreprend. Mais ça peut également être à double tranchant car il est parfois aussi question d’ignorance. Il y a certaines choses pour lesquelles j’ai des difficultés à comprendre en quoi il s’agit d’appropriation culturelle, comme les tresses « africaines » faites sur des personnes avec des cheveux non-crépus. Je ne comprends pas pourquoi il s’agirait d’appropriation culturelle, il s’agit avant tout d’un style de coiffure. »


Naila,

« Je sens que les gens ne prennent pas au sérieux les revendications des autres. Des hommes dévalorisent le féminisme. Des athées dévalorisent la religion. Des « carnivores » dévalorisent les causes véganes. Et en dévalorisant les sentiments des minorités ethniques, je trouve que ça contribue à nous déshumaniser. Comme si les seuls sentiments valables sont ceux de la majorité.

Ce n’est pas parce qu’une personne n’a pas le même passé et/ou qu’elle ne comprend pas que ça veut dire que les blessés sont hystériques et que leurs opinions ont moins de valeur. »


Sarah, 21 ans

« Je crois que c’est un sujet très important: il y a encore trop de gens qui ne comprennent pas que le port de vêtements/coiffures culturels peuvent réduire l’accès à plusieurs opportunités pour les personnes de couleur. Par exemple, une femme ou un homme noir qui porte des dreads est souvent perçu comme « sale » et pourrait, entre autre, ne pas obtenir un emploi en raison de ces préjugés. Par contre, une personne blanche serait praised for it et serait considérée comme originale.

Un blanc qui porte n’importe quel élément d’une culture qui ne lui appartient pas ne sera jamais affecté par les conséquences sociales négatives que peut lui amener celui-ci. 

P.S.: Ton seul ami hindou qui dit que ça ne lui dérange pas que tu portes un bindi à Osheaga ne devrait pas te donner le sentiment que tu peux le faire sans être problématique. »


 

Le but de cet article, c’est d’entamer la discussion. L’appropriation culturelle est un sujet dont on ne parle pas assez, j’en ai l’impression, et je sais que bien des gens ont des choses à dire là-dessus. D’autres sont dans le flou et ont probablement envie d’en parler, mais n’ont pas grand monde à qui s’adresser. Bref, parlons-en! Ça me ferait plaisir de vous partager mon opinion à moi sur le sujet, mais peut-être une autre fois.


P.S.: Si t’as envie de toi aussi faire partie de ma superbe communauté, je t’invite fortement à me retrouver sur Instagram pour du contenu assez diversifié. J’y parle de self love, découvertes d’achats locaux, bouffe, mode et bien plus!

👉🏾 @JessicaPrdnc

 

View this post on Instagram

📸 @villedepluie

A post shared by Jessica 🌸 (@jessicaprdnc) on

Publicités

Un commentaire sur “13 Québécois nous donnent leur point de vue sur l’appropriation culturelle en 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s