Quand l’inclusion est utilisée à des fins marketing… et frôle l’oppression

« Entre filles, on doit se soutenir. Nous avons déjà assez de la pression sociale sur nos épaules, aucunement besoin de s’en imposer entre girls, nous sommes toutes dans la même troupe! » – Alanis Desilets, fondatrice de La Troop.

Permettez-moi de réagir avec un gros « LOL » à ce statement.

« La Troop» est un projet créé par Alanis Desilets, ancienne candidate d’Occupation Double Bali, dans le but de créer une communauté composée de femmes ne s’imposant aucune limite. Dans une vidéo, la fondatrice décrit La Troop comme étant « une communauté de femmes qui veulent être bien dans leur corps et qui n’ont pas besoin de standards ni de règles. Une communauté de femmes qui veulent prendre l’entièreté de leur santé en main en trouvant la balance. »

La boîte mensuelle proposée par La Troop est supposée être un objet qui permet aux femmes de trouver la balance, en leur proposant des outils pour l’entraînement, le yoga et la nutrition. Dans la boîte, il y a un pull, un agenda avec des rappels pour faire du sport (3 x semaine), prendre du temps pour soi, des idées recettes et une autorisation à avoir un cheatmeal (1 x par semaine). En voyant le contenu de la boîte du mois de janvier, on remarque qu’elle contient entre autres des produits amaigrissants/coupe faim (des échantillons de suppléments qui visent à transporter les graisses dans les mitochondries et à contrôler ses fringales).

76769667_532007007387477_7270897397494972416_n

79958431_600024420771050_216506694346211328_n

Je sais pas vous, mais j’ai l’impression que cette boîte, c’est la recette gagnante pour développer un trouble alimentaire et/ou une obsession avec son corps. C’est opportuniste et grossophobe. Dans les mains de femmes et jeunes filles vulnérables, cette boîte peut facilement devenir un produit dangereux sous ses allures de programme de perte de poids/de remise en forme. Mais ça, c’est seulement une partie du problème.

Alanis Desilets est connue du grand public québécois pour son désir de prôner la diversité corporelle avec ses messages body positive : « La société a une énorme lacune et je devais aider. Je me suis appropriée le mouvement. » (Je pense que c’est à ce moment que je rappelle que le mouvement body positive est un mouvement social en faveur de l’acceptation et l’appréciation de TOUS les types de corps humains.)

… Ce qui m’amène à me questionner au niveau des images promotionnelles utilisées pour La Troop. Comment se fait-il qu’une entreprise qui dit vouloir représenter « une communauté de femmes qui n’ont besoin ni de standards ni de règles » ne fasse absolument aucun effort d’inclusion dans son casting? Où se trouve la diversité dans ces images? Où sont les femmes rondes? Les femmes de couleur? Les femmes voilées? Les femmes trans? Les femmes qui vivent avec un handicap? Comment se fait-il que seules* des femmes représentant les standards beauté (donc blanches et relativement minces) ont été choisies pour ces images promo, pour représenter La Troop?

* sauf une, qui a été mise à l’arrière-plan.

View this post on Instagram

Hahaha @coeurdartacho m’a meme-fié, dreams really do come true 😂 Sans joke les gens; la diversité corporelle, c’est pas juste un buzzword ou une tendance. C’est un vrai mouvement social qui tend à rendre l’existence plus douce et plus juste pour les personnes qui vivent leur vie entière en étant considérées, à un degré ou un autre, comme des humains de moindre valeur en raison de leur apparence. Plus de représentation et de visibilité positive pour tous.tes, c’est un vrai but important, pas un concept vide avec lequel te flatter le visage pour les likes ou les dollars. Faque moratoire sur la présence de ~LA DIVERSITÉ~ dans votre plan de marketing si vous êtes pas foutu.es de faire vos devoirs avant. Merci.

A post shared by Dix Octobre (@dixoctobre) on

Lorsque plusieurs personnes (moi y compris) ont pris le temps d’exprimer leurs observations à l’égard du manque d’inclusion et de diversité dans La Troop, Alanis Desilets répond avec son compte perso :

« Ici, on est sur ma page, mon projet dans lequel j’ai mis corps et âme. Si je trouve qu’un commentaire est impertinent et qu’il n’a rien de constructif, je me permets de le supprimer. »

80414718_519118455614042_1218099136562200576_n

79404943_2506401753011056_7426491242151673856_n

On ne peut plus retrouver ces commentaires sous les photos parce qu’ils ont été supprimés par l’entrepreneur.

Pour quelqu’un qui prétend vouloir « grandir en tant qu’humain », je trouve ça bien dommage que l’ancienne candidate d’Occupation Double ne soit pas ouverte à la critique constructive. En tant qu’entrepreneur, il faut savoir accepter la critique et les commentaires constructifs, au lieu de les voir comme des attaques personnelles. Quand tu supprimes les commentaires et bloque les gens qui veulent juste faire entendre leur voix (de manière respectueuse et constructive) pour te faire voir plus loin que le bout de ton propre nez, c’est juste enfantin. Ça va à l’encontre du message que tu projettes, et c’est juste la preuve que t’es deep dans tes privilèges.

Imaginez comment on se sent, en tant que femme racisée, lorsqu’on voit une autre femme effacer nos commentaires, nous taire, et invalider notre opinion. On vit déjà l’oppression, le racisme et le sexisme systémiques au quotidien… Mais se faire censurer par une autre femme (qui prétend vouloir créer une communauté de femmes tissées serrées), c’est autre chose.

Chers entrepreneurs québécois, lorsque des personnes (qui ont non seulement un pouvoir d’achat, mais aussi des opinions valides) laissent des critiques sur votre produit, écoutez-les. Acceptez les critiques, répondez de manière professionnelle, mettez les choses en perspective et prenez le temps de vous éduquer. Notre but en tant que consommateurs n’est pas de réduire à néant les efforts des entrepreneurs. Ce qu’on veut, c’est vous faire comprendre que lorsque vous utilisez le mouvement body positive pour promouvoir vos produits, vous devez le faire correctement, avec de la vraie diversité. Ou pas le faire pantoute. Quand est-ce qu’on va cesser d’utiliser la position d’inclusion juste pour être in, juste pour le marketing?

Il est temps que les marques cessent d’utiliser l’inclusion comme une technique de marketing. Il est temps que les influenceurs qui se lancent en business cessent de se voiler les yeux avec leurs privilèges et fassent de vrais efforts d’inclusion et d’éducation.


Pour plus de diversité dans ton feed, tu peux me suivre sur Instagram :  @JessicaPrdnc

21 commentaires sur “Quand l’inclusion est utilisée à des fins marketing… et frôle l’oppression

  1. Tout à fait d’accord. Non seulement Alanis s’approprie le mouvement (comme elle le dit elle-même), elle l’exploite carrément pour son bénéfice personnel. Il ne suffit pas d’utiliser quelques buzzwords pour être inclusive. Je trouve ses tactiques de marketing malhonnêtes car elles ne correspondent tout simplement pas à la réalité.

    J'aime

  2. Je veux dire entant que femme dans les marges de la société non seulement entant que femme noire mais aussi que femme grosse, que ton article est noir sur blanc comment on se sent, les gens parlent de diversité mais sans vraiment mettre la diversité de l’avant. Je crois que avant tout c’est de comprendre c’est quoi la diversité avant de s’approprier ce mouvement et de comprendre comment faire pour aider ceux comme nous qui crient d’un manque de diversité accru.

    Et quand t’y pense ce manque de diversité est étalé dans tellement de domaine que de ne pas se faire écouter lorsqu’on le dénonce ça devient vraiment redondant.

    Merci Jessica pour cette article!!!

    J'aime

    1. Bonjour Jessica,
      Je tiendrais tout d’abord par dire que je respecte beaucoup le fait que tu tiennes un blog pour y tenir des opinions très bien écrites. J’en lis souvent pour m’ouvrir l’esprit, car je ne suis traditionnellement pas aligné sur ta vision des choses. Normal ; on n’a pas le même background.

      Je suis ici en accord avec quelques points, mais je crois devoir exprimer quelques désaccords importants.

      Tout d’abord, je crois que Mme Désilets n’a pas besoin de faire appel à des modèles « diversifiés » pour faire sa promotion. Je pense que la marque d’Alanis elle-même est d’avoir représenté une certaine diversité de corps dans le monde des influenceuses ainsi qu’à la téléréalité. Malheureusement, elle est aussi parmi les premières à s’être fait éliminer de sa saison, sans qu’un seul gars ne lui donne d’attention. Elle a prouvé par elle-même la nécessité d’ouvrir les gens à plus de diversité de corps. On ne peut pas dire d’elle qu’elle soit « relativement mince », surtout en rapport à son écosystème propre à elle.

      Ensuite, je ne suis pas d’accord avec le fait qu’il n’y a « aucun effort » dans son casting. La femme ronde est placée en arrière-plan comme toutes les autres. La face de la marque est Alanis Désilets. Je présume que si la femme ronde avait été placée en avant, l’instrumentalisation de celle-ci aurait aussi suscité une réaction négative de ta part, car l’emphase sur l’aspect « perte de poids » aurait été plus important. De plus, elles ne sont qu’une poignée de femmes. Trouver un reflet réel de la population du Québec avec 6 femmes est difficile. L’échantillon est trop petit pour représenter toutes les minorités.

      De plus, pourquoi le mouvement body-positive doit-il absolument et toujours faire la critique des incitations aux bonnes habitudes de vie? Et pourquoi le mouvement de body-positivity doit-il toujours concerner les femmes? Ou plutôt, pourquoi cette obsession pour nous faire comprendre que les gars sont ceux qui mettent de la pression sur celles-ci? Alanis donne aussi dans cette rhétorique. « NOUS », (en tant que femmes), subissons des pressions. Les gars n’ont pas eu leur p’tit gros à Occupation Double. Les p’tits gros dans les films sont toujours ceux qui finissent toujours par FINALEMENT avoir leur première blonde. J’ai créé deux comptes Tinder, un avec des photos de gars grand et musclé avec seulement la taille comme bio; un autre, d’un gars un peu gros. Quel compte, crois-tu, a obtenu le plus d’intérêt de la part des femmes?

      Alanis doit apprendre à recevoir la critique. Un entrepreneur consulte les reviews sur google et les bons entrepreneurs s’ajustent si la critique est sévère. Le but est de plaire à la clientèle, après tout. J’aimerais cependant que mon commentaire soit publié. La critique est, je crois, faite dans le respect de tes valeurs et de tes positions. Tu n’as cependant aucune obligation de me plaire, et la réponse peut être aussi harsh que tu le veux !

      J'aime

      1. Ça va le mansplaining, Tom ?!
        Le #bodypositivity est un mouvement politique créé par les grosses femmes de couleur. Si tu veux un mouvement pour les petits gros, crée-le toi-même et trouve ton propre hashtag.
        Et oui, Alanis est « relativement mince » : elle peut s’habiller dans des boutiques mainstream, elle « fit » dans les banquettes de restaurants et elle s’est jamais fait kicker out d’un avion à cause de son poids; c’est ce qu’on appelle le « thin privilege ».
        Et non, les « cheat days » ne sont PAS une saine habitude de vie. C’est ce qu’on appelle le « binge/restrict cycle » AKA un trouble alimentaire.
        Bye là !

        Aimé par 1 personne

  3. Je trouve ça quand même drôle qu’on parle de sa boîte la troop, mais qu’il y a de ça pas si longtemps elle vendait des programmes d’entrainement avec L-P soit disant pour les enfants malades …. on s’entend l’argent qu’ils faisaient avec ça … vendre un programme pdf 20$ quand ils remettaient seulement 1$. Son MARKETING date pas d’hier

    J'aime

  4. Moi ce qui m’a sauté aux yeux avec ce programme c’est qu’elle « prône la diversité » et elle nous dit que l’on doit s’accepter mais elle nous vends des trucs pour maigrir 🤔… Complètement contradictoire et une très bonne façon de dire aux femmes que l’on doit se conformer à un certain idéal… Ça me déçoit beaucoup d’elle parce que je croyais vraiment que c’était une femme qui changeait les choses et qui apportait des belles valeurs auprès de la nouvelle génération ( et même plus ). Et finalement l’argent a tout changé son minding il faut croire ☹️

    J'aime

  5. Je te suis depuis un bout et j’ai l’impression que t’as besoin de la validation du monde entier. Malheureusement non. La diversité c’est pas nécessairement toi. Et j’ai l’impression que tu projettes tes propres insécurités dans la critique. Je m’en caliss d’Alanis et j’ai jamais check OD. Mais la fille peut ben faire ce qu’elle veut. Elle a pas besoin de transporter l’ensemble des malheurs des gens sur son dos. J’ai aussi de la misère avec le concept de body positivité. Promouvoir des corps malsains c’est pas GOALS. Promouvoir les différentes silhouettes naturelles OK. Certaines personnes stock un peu plus de gras pi ont des formes pk. Mais rendu à ton poids jsuis dsl mais c’est vraiment tes habitudes de vies qui doivent être mauvaises. Pas mal sûr que si on check ce que tu manges ça doit pas être glorieux. Serieux si tu te soignes (pcq comme l’anorexie l’obésité c’est une maladie) jcrois que tu auras plus autant envie de cracher ton venin comme ça sur tout ce qui est santé et entre dans la norme.

    Aimé par 1 personne

    1. Catherine – ton message est peu respectueux (on se demande qui crache son venin entre une personne qui remet en question la stratégie marketing d’une entreprise et une autre qui lâche un « va te faire soigner » à une bloggeuse), mais je prendrai quand même la peine de te répondre pour remettre les pendules à l’heure sur certains de tes arguments.

      1) « La fille peut ben faire ce qu’elle veut. Elle a pas besoin de transporter l’ensemble des malheurs des gens sur son dos » – là n’est pas la question. On parle ici d’une entreprise qui dit vouloir promouvoir des valeurs d’inclusion et de body-posivité. Il me semble tout à fait légitime de s’attendre, alors, à ce que les choix de cette entreprise reflètent sa philosophie. Si ce n’est pas le cas, on peut l’accuser au mieux de s’approprier un mouvement qu’elle comprend mal, au pire de marketing fallacieux.

      2) L’argument de la santé… Sais-tu qu’il relève en fait d’une grande hypocrisie intellectuelle? Non, ce n’est pas parce que Jessica « n’est pas en santé » que tu te sens légitimée de l’attaquer personnellement et de lui dire qu’elle devrait avoir honte d’elle-même. Parce que, si les gens se souciaient de la santé autant qu’ils le disent, alors on n’aurait pas des photos comme celles-ci sur Facebook ou dans la pub (https://www.123rf.com/photo_90935285_attractive-sexy-girl-with-blonde-hair-sitting-with-spread-legs-on-table-eating-pizza-looking-in-came.html) qui sont reçues sans que personne ne ressente un besoin irrépressible de culpabiliser. Non, le mot d’ordre de l’opinion publique, ce n’est pas : « Ne mange pas de fast-food », c’est « Ne mange pas de fast-food si tu es grosse ». Parce qu’être grosse c’est pas beau, c’est choquant, c’est désagréable à regarder – c’est ça, la vraie raison. Et c’est DONC BIEN INACCEPTABLE que cette personne ne vive pas dans un désir perpétuel et désespéré de perdre du poids pour plaire.

      Si tu acceptais de voir ton propre privilège, tu réaliserais peut-être qu’il y a une inégalité fondamentale dans le fait qu’une femme née avec un surpoids, ou qui a acquis un surpoids pendant une période trouble de sa vie, ou peu importe, ait à investir une quantité d’énergie monstre (plus grande que ce qu’une femme mince aura jamais à faire dans sa vie) dans une « remise en forme » qui ferait enfin en sorte que des étrangers arrêtent de lui dire comment vivre sa vie.

      Je t’invite à réfléchir sérieusement à tes propres biais et à te dérouiller l’empathie. Peace.

      J'aime

    2. Pour vrai Cath Désieux, fais juste fermer ta bouche, c’est fucking violent ce que tu viens d’écrire. Tu connais que dalle sur les habitudes de vie Jessica et de toute façon, c’est pas de tes affaires. Ce que tu dis démontre juste que t’es remplie de préjugées. Je suis, d’abord nutritionniste, ensuite étudiante en santé publique, et je te confirme que le poids n’est pas un gage de santé. Non l’obésité ne se soigne pas, parce que non, ce n’est pas une maladie. C’est un problème de santé publique, j’en conviens, mais c’est relié à de nombreux facteurs, sur lequel une personne n’a en majorité pas le contrôle, comme l’environnement dans lequel elle vit. De 2, ça fait longtemps que les concepts comme celui d’Alanis, un programme avec des cheats meals qui peuvent faire sentir certaines personnes coupables si elles ne le suivent pas à la lettre ou si elles abandonnent le mouvement (peu importe la raison), ont été démontrés comme inefficace à long terme et comme pouvant même avoir des néfastes sur la santé mentales de certains. Fack, je le redis, fais juste fermer ta bouche.

      J'aime

  6. Tu sais entre femmes il faut aussi être solidaire… Je trouve vraiment ordinaire de « basher » quelqu’un gratuitement comme ça… La tu au moins contacté pour avoir sa version des faits? En 2019 on peut plus rien faire il y a toujours quelqu’un qui est pas content on dirait! Les femmes sur cette photo c’est pas toutes des femmes toutes faites pareil.. il faut vraiment qu’elle mette une fille de chaque ethnie et religion sur la même photo pour tout le monde soit content? As tu regadé sur son Instagram si il y a de la diversité avant de chialer!? Sérieusement ton affaire tant qu’à moi ça plus l’air d’un bitchage de fille jalouse 🤷

    Aimé par 1 personne

    1. Bon après-midi Bianca,

      En lisant bien l’article, tu peux y constater que Jessica ainsi que d’autres personnes lui ont écrit et que ces messages furent supprimés. Aussi, je t’invite à aller sur le compte de La Troop pour constater, comme je viens de le faire en suivant ta suggestion, qu’on ne voit que des jeunes femmes blanches très similaire. Je pense que tout comme moi, tu vas réaliser que la diversité n’y est pas alors que c’est ce que l’on vend dans les discours marketings de l’entrepreneure.

      Ceci étant relaté, je te souhaite de continuer à défendre tes opinions tout en t’informant sur les sujets qui te préoccupent autant que cet article. Tu pourras possiblement y trouver les réponses à tes questions et comment accepter qu’une opinion ne rime pas toujours avec jalousie.

      Je te souhaite un joyeux temps des Fêtes dans l’ouverture d’esprit et l’inclusion des autres 💛

      J'aime

  7. Allo Jessica,
    Je n’ai pas pris le temps de lire les commentaires mais j’ai lu ton opinion piece.
    J’ai éxactement partager TOUT ce que tu as dis même avant le launch et je suis tellement contente que quelqu’une avec une plateforme/audience FINALLY SAID IT, DAAAMMMN! Merci!

    J'aime

  8. Ce que tu dis est très pertinent, mais Un commentaire constructif (comme tu le mentionne) ne devrait pas être fait sous forme de provocation et sous-entendant de l’attitude… ton message aurait pu être passé sans attaques personnelles. Prôner la diversité, mais ne pas prôner le respect?

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s